Guide de la Table nationale

Le guide Mesures de soutien et d’inclusion des personnes trans et des personnes non binaires en milieu de travail

Tel que convenu lors de l’assemblée générale du 10 mars 2020, nous mettons à disposition de nos affiliés, le guide : Mesures de soutien et d’inclusion des personnes trans et des personnes non binaires en milieu de travail, qui est destiné aux employeurs et aux syndicats qui peut être consulté et téléchargé à l’adresse suivante : http://tablehomophobietransphobie.org/

Nous discuterons de ce guide lors de l’assemblée générale du Conseil qui se tiendra le 14 avril prochain où nous pourrons échanger à ce sujet.

À qui s’adresse ce guide

Le présent document a été rédigé à l’attention des directions d’établissements d’enseignement, particulièrement des directions des ressources humaines, afin de les aider à créer des milieux de vie qui garantissent le droit à l’égalité, à la dignité, à l’intégrité, au bien-être et à la sécurité des personnes trans et des personnes non binaires. Il vise plus spécifiquement à faciliter la mise en place de mesures de soutien et d’inclusion envers ces personnes afin d’assurer un accès équitable à l’emploi et à la promotion, et ce, dans le respect de leurs droits fondamentaux. Ce guide se veut ainsi utile autant pour les employeurs que pour les syndicats ou toute autre association, ainsi que pour tout le personnel des réseaux de l’éducation, du préscolaire à l’université.

Mission de la Table nationale

Faire connaître les ressources disponibles en lien avec les différentes réalités vécues par les personnes de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et par les personnes intersexuées, notamment les recherches, les outils d’intervention, les guides pédagogiques, les organismes communautaires d’aide à ces personnes, etc.

La Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation a pour mission de favoriser la concertation entre les différents partenaires des réseaux de l’éducation. Elle voit à favoriser une meilleure compréhension des réalités des jeunes et des personnes concernant la diversité sexuelle 1, la pluralité des genres 2,3, ou les personnes intersexuées 4. Elle vise à promouvoir des valeurs de respect, d’inclusion et d’acceptation à l’égard de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres.

De plus, elle vise la promotion de comportements afin de prévenir et de contrer les phénomènes d’intimidation, de violence, d’hétérosexisme 5, de cissexisme 6, de cyberintimidation, d’homophobie et de transphobie vécus par les jeunes et le personnel en milieux scolaire, collégial et universitaire.

Rébecca Deraspe

Sur une note plus humoristique, si vous voulez en connaître davantage sur le sujet.

Capsule – Lexique de la polémique – LGBTQ

Rébecca Déraspe a complété le programme d’écriture dramatique de l’École Nationale de Théâtre en mai 2010. Elle est l’auteure de plusieurs pièces jouées et traduites à travers le monde dont Deux ans de votre vie, Plus que toi, Peau d’ours, Gamètes, Nino, Je suis William, Le merveilleux voyage de Réal de Montréal, Partout ailleurs, Nos petits doigts. Elle est aussi auteure en résidence au Théâtre la Licorne. Elle a remporté le prix de la critique « meilleur spectacle jeune public 2018 » pour sa pièce Je suis William, meilleur texte dramatique Montréal 2017 pour sa pièce Gamètes et le prix BMO auteur dramatique 2010 pour sa pièce Deux ans de votre vie. Source : http://www.jamaislu.com/event/gametes/rebeccaderaspe/

 

1 Diversité sexuelle – Selon la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM, ce terme réfère aux identités ou aux orientations sexuelles non hétérosexuelles (lesbiennes, gaies, bisexuelles, asexuelles, pansexuelles, bispirituelles, queers, en questionnement, etc.) et aux personnes ayant des comportements sexuels avec des personnes de même sexe sans nécessairement s’identifier comme non hétérosexuelles (par exemple, les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes ou HARSAH).
2 Pluralité des genres – Selon la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM, ce terme réfère aux identités, expressions et vécus de genre non conformes aux normes occidentales traditionnelles de genre (identités trans, transgenres, transsexuelles, travesties, androgynes, queers, bispirituelles, en questionnement, enfants de genre indépendant ou autres identités adoptées par les personnes de minorités sexuelles ou de genre).
3 De manière générale, la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM a interprété l’expression « diversité sexuelle et pluralité des genres » dans un sens large afin d’inclure aussi les parcours de vie, les identités et les vécus émergents ou en marge de l’hétéronormativité et de la cisnormativité.
4 Intersexe – Individu né avec des caractères sexuels (chromosomiques, gonadiques, hormonaux ou génitaux) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins. Pathologisées par la médecine, nombre de ces personnes sont soumises à des interventions non consenties, irréversibles et non cruciales au maintien de la santé visant à conformer leur corps aux modèles mâles et femelles typiques. Le terme « hermaphrodite », qui désignait autrefois les personnes intersexes, est souvent considéré comme péjoratif par celles-ci
5 Hétérosexisme – Présomption que chaque personne est hétérosexuelle. De plus, l’hétérosexisme contribue à occulter les orientations sexuelles différentes de l’hétérosexualité et à affirmer qu’elle est la seule orientation qui soit valable.
6 Cissexisme – Présomption que chaque personne est cisgenre. De plus, le cissexisme contribue à occulter les autres identités de genre et à affirmer la seule binarité des genres comme étant valable.