Une façon originale d'aborder un sujet complexe

Un défilé de mode lors d’un congrès. Fallait y penser ! C’est ce qu’a réalisé le Conseil régional FTQ Montréal métropolitain en juin dernier. Des militants et militantes, vêtus des plus exquises pièces des collections d’été de Tommy Hilfiger, Gap, Nike et Guess, ont démontré que le chic n’a souvent rien à voir avec la justice. Fabriqués dans d’horribles conditions dans des ateliers de misère, ces vêtements sont des exemples concrets des atteintes portées aux droits humains au nom de la mondialisation.

Sur le thème L’enjeu, c’est le partage, les délégués ont abordé les moyens d’obliger le capital à tenir compte de l’humain. Aux yeux de Michel Taylor, président du Conseil régional, la réflexion et la mobilisation ne doivent pas viser à stopper la mondialisation elle-même, mais plutôt à la civiliser. La priorité : préserver et même étendre les gains réalisés au cours du dernier siècle par la société ainsi que par les travailleurs et les travailleuses.

Une table ronde a permis d’identifier un éventail de pistes de solution : la diffusion efficace d’une information équilibrée et de qualité, la reconfiguration des rapports sociaux, la pratique du commerce équitable, l’internationalisation de la structure et de l’action des syndicats, agents incontournables du changement. À surveiller cet automne : la publication par le Conseil d’un guide d’intervention syndicale face à la mondialisation.