L'assemblée générale de décembre sera suivie par un verre de l'amitié

Lors de la prochaine assemblée générale du Conseil qui se tiendra le 14 décembre 2010 au 2e étage de la Tour FTQ à compter de 19 h, nous aurons le plaisir d’entendre une intervenante de la Ligue des droits et libertés qui viendra nous entretenir du profilage discriminatoire.

De plus, notre deuxième invitée provenant de l’organisme Bouclier d’Athéna, nous parlera des services offerts aux femmes victime de violence conjugale.

Le tout sera suivi par notre traditionnel Verre de l’amitié.
Bienvenue à toutes et à tous.

Notre première invitée, Nicole Filion, mentionnera que le profilage discriminatoire (racial, social et politique) est le « traitement répressif de personnes qui fréquentent l’espace public et qui diffère de celui que l’on réserve aux autres citoyens ». À comportement égal avec les autres citoyens et citoyennes, les personnes visées font face à une sanction inégale et à un comportement inadéquat de la part des policiers. Ces pratiques se fondent non pas sur la conduite criminelle d’une personne mais plutôt sur ce qu’elle est ou ce qu’on croit qu’elle est. Elles reposent sur des facteurs tels que la race, l’âge, la condition sociale et les convictions politiques.

La lutte aux gangs de rue, la réglementation municipale sur les « incivilités » accroissant le pouvoir arbitraire d’intervention des policiers, l’impunité policière et le silence des élus sont des facteurs qui favorisent le profilage discriminatoire. La Ligue des droits et libertés est intervenue publiquement concernant ces différents facteurs notamment dans le cadre de l’enquête du coroner sur la mort de Fredy Villanueva. Elle initie une campagne réclamant l’adoption par Québec d’une nouvelle procédure d’enquête, impartiale, indépendante et transparente, lorsqu’un policier est impliqué dans la mort ou cause des blessures à une personne.

Notre deuxième invitée, Maud Pontel, décrira les services donnés par Le Bouclier d’Athéna, organisme communautaire sans but lucratif, qui travaille depuis près de 20 ans auprès des victimes de violence conjugale et familiale principalement issues des communautés culturelles. L’organisme offre des services de consultation, d’intervention, d’accompagnement et d’hébergement aux femmes et à leurs enfants. En plus de travailler avec une clientèle particulièrement vulnérable, le BASF est également un chef de file en matière de sensibilisation communautaire multilingue. Par l’entremise de son département de sensibilisation communautaire, nous offrons chaque année des sessions d’information à de nombreuses communautés ethnoculturelles sur l’agression sexuelle, la violence conjugale et familiale, les procédures socio-judiciaires en vigueur et les ressources d’aide. Dix à douze langues sont parlées quotidiennement à l’intérieur de notre réseau de services.

Il a été démontré que les femmes allophones sont plus à risque de vivre de la violence conjugale et qu’elles font face à des difficultés d’accès aux ressources lorsqu’elles recherchent de l’aide du fait de barrières culturelles et linguistique. Ils ont constaté qu’un service adapté culturellement et linguistiquement aux besoins des femmes contribue grandement à accroitre leur persévérance. Cela leur procure un plus grand sentiment de confiance et de reprise de pouvoir sur leur vie car elles ont une plus grande compréhension de la problématique et du processus. Les intervenantes du Bouclier d’Athéna sont persuadées que des femmes qui sont en mesure de mener à terme leur processus et qui sont soutenues adéquatement dans leurs démarches ont de plus grandes chances de succès vers une vie sans violence.